Hospices de Beaune : zoom sur la vente aux enchères de vins la plus célèbre au monde

Hospices de Beaune

Chaque année au mois de novembre se déroule la mondialement célèbre vente des vins des Hospices de Beaune.  Cette année, la 160ème édition de la vente des vins aura lieu le dimanche 15 novembre 2020 à 14h30. Ces enchères orchestrées par Christie’s prendront place sous les Halles de Beaune.  Depuis plusieurs siècles maintenant, les fonds récoltés grâce à la vente aux enchères aident à financer institutions hospitalières et œuvres caritatives.

Origines

Les Hospices de Beaune ont été fondés en 1443 par Nicolas Rollin, chancelier du duc de Bourgogne Philippe Le bon, et son épouse Guigone de Sallins. Le but :  créer un hôpital pour venir en aide aux pauvres et aux malades de la ville. Cet hôpital porta le nom d’Hôtel Dieu à sa création. Jusqu’au 20ème siècle les sœurs s’occupent et prennent soin des malades, personnes âgées, orphelins, et infirmes. Aujourd’hui n’accueillant plus aucun malade, les hospices ont bénéficié depuis leur création d’un financement issus de nombreux héritages et de dons de riches seigneurs bourguignons du Moyen-Âge jusqu’à ces cinq derniers siècle. Grâce à ces dons, les hospices de Beaune sont également propriétaires d’un prestigieux domaine viticole constitué de plus de 60 hectares de vignes dont 50 de pinot noir et 10 de chardonnay. Ces vignes se situent dans le vignoble de la côte de Beaune et le vignoble de la côte de Nuits. Elles sont en majorité situées dans des parcelles aux appellations prestigieuses, de premiers crus et de grands crus d’exceptions.

Aujourd’hui, les Hospices sont devenues musées et ont été modernisés en « Hospices Civils de Beaune » et emploient plus de 700 employés. Le domaine viticole est quant à lui dirigé depuis 2015 par Ludivine Griveau qui , entourée de 22 vignerons veille sur chaque parcelle et sur la qualité des vins produits. 

L’histoire de la vente des vins

La vente des Hospices de Beaune est sans nul doute l’une des ventes de charité les plus suivies au monde. Prenant place tous les troisième dimanche du mois de novembre, c’est en 1859 qu’elle fut mise en place et en 1924 que la date fut fixée, rendant alors cet événement mondialement connu. En 1934, la confrérie des Chevaliers du Tastevin instaure la tradition des Trois Glorieuses, manifestion culturelle bourguignonne dont fait partie la vente des Hospices de Beaune. A l’origine, la vente se déroulait dans la cour des Hospices. Elle prend maintenant place sous les halles de Beaune situées juste en face. 

Il existe 50 cuvées qui représentent chacune une ou plusieurs pièces. Elles peuvent être vendues par lots ou séparément. C’est au total près de 400 à 600 fûts de 228 litres vendus depuis 1794. Soit 288 bouteilles après élevage, qui sont proposées aux enchères. 

La vente est orchestrée depuis 2005 par Christie’s (société de vente aux enchères international basée à Londres). 

Une enchère dans l’enchère

Chaque année, si un moment important de la vente des Hospices de Beaune rappelle le caractère caritatif de l’évènement et attire l’attention de tous, il s’agit de la pièce du président. En effet, c’est un ou deux fût complet d’un vin à part qui est est vendu à la bougie (comme aux premiers années de l’existence de la vente). Ce vin, généralement un grand cru d’un terroir unique, est offert par les Hospices de Beaune. Il est vendu au profit d’une ou plusieurs associations caritatives qui se répartissent les sommes récoltés. Traditionnellement, ce sont une ou plusieurs personnalités (acteurs, musiciens, écrivains…) qui sont choisies comme présidents. Ces personnalités parrainent les associations caritatives et animent l’enchère. La finalité étant de faire monter le prix le plus haut possible pour la bonne cause ! 

Le record absolu de cette enchère de la pièce du président est en 2015, où un acheteur anonyme a obtenu pour la somme de 480 000 euros un fût de Corton Renardes Grand Cru. Parmi les autres record marquant, on peut citer l’acteur Fabrice Lucchini qui, en 2010 embrase les enchères des Hospices permettant d’atteindre le précédent record de 400 000 euros pour un Beaune 1er cru, cuvée Nicolas Rollin.